Rachida Selmi


« Je commence ma journée très tôt le matin. Je me lève, je m’occupe de ma maison et vers neuf heures, j’enfile ma tenue de travail et me dirige vers la montagne. Munie d’une paire de ciseaux pour couper les herbes et d’un sac pour les contenir, j’essaye d’emprunter le chemin le plus propre. Lors de la cueillette, je prends soin de couper seulement les deux tiers de la plante. Puis, quand je rentre chez moi, je procède au séchage des plantes qui se fait au soleil. C’est une opération qui peut durer de trois à sept jours. Après le séchage, les plantes sont amenées à l’atelier et sont pesées pour pouvoir enfin être distillées.
La distillation des plantes est une opération qui dure quatre heures. Elle nous permet d’extraire des huiles essentielles. Avant de distiller les plantes, nous nous assurons de bien nettoyer le matériel en le stérilisant. Cette précaution d’hygiène est à reproduire avant et après chaque utilisation.
Nous mettons la confiture dans des bocaux et nous collons des étiquettes dessus pour que nos produits soient enfin prêts à être commercialisés.
Nous avons bénéficié de quatre formations qui ont toutes été assurées par le BIT. La première nous a formées pour l’utilisation du matériel de distillation. La deuxième a eu lieu à la maison des jeunes de Tajerouine (Ville du Kef au Nord-Ouest du pays) et nous avons obtenu deux diplômes. Nous avons aussi reçu une formation dans la fabrication du savon et une dernière dans la moulure du pistachier lentisque. »

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *