Himo

Mois : mai 2019

Salah Saidi

« Ce projet a été financé par l’Union Européenne. Après la révolution, les autorités à Sidi Bouzid se sont rendues compte combien la situation était difficile et les conditions déplorables pour les agriculteurs, les commerçants et les vendeurs ambulants. C’est alors que le BIT a décidé de construire des boutiques et d’aménager un espace où organiser un marché afin que la situation des commerçants s’améliore. Quand j’étais jeune, j’ai travaillé dans ce marché pour me faire de l’argent de poche. Plus tard, lorsque je suis devenu architecte et qu’on m’a proposé de travailler avec le BIT pour piloter le projet, j’ai essayé d’être à l’écoute et de m’impliquer en allant à la rencontre des vendeurs pour améliorer leurs conditions. »